Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

The Bridge

Publié le par Renaud

The Bridge

"Tout ça c'est bien beau mais si tu pouvais photographier un peu autre chose, ce serait pas mal quand même hein... je sais pas moi.... des gens, tu peux pas photographier des gens un peu ? Ca manque un peu de vie quand même ton truc non" ?

On ne peut pas plaire ni contenter tout le monde... En ai je vraiment l'envie en plus ? Bien sur que oui. L'avis des autres m'importe énormément. Les encouragements de mes proches, de ma famille, de mes amis, alimentent mon moteur. Ils sont mon carburant. Il y a bien longtemps que mon boitier se serait retrouvé sur le bon coin, entre un bahut en merisier et une twingo deux portes si les commentaires n'avaient jamais dépassé le stade du "c'est pas mal".

La photo que je suis venu chercher

La photo que je suis venu chercher

La critique négative me tord au plus profond, elle me fait mal. J'ai appris à l'accepter faire avec. Je l'analyse et essaie d'en tirer le meilleur... Prendre des gens en photo ? Quelle idée saugrenue. Aujourd'hui je pars photographier un pont !

The Bridge

Je claque la portière de la clio, enfile une veste chaude et entame rapidement le tour du propriétaire. Rien n'est jamais simple en urbex. Il fallait s'y attendre ce pont est fermé depuis belle lurette. Si je veux réaliser la photos que j'ai en tête, il me faudra trouver une solution, un passage pour me retrouver directement sur le pont. Pour l'heure je dois me rendre de l'autre coté histoire de voir à quoi cela ressemble. Je me dois donc d'emprunter le pont actuel. Quel contraste entre les deux édifices. L'odeur des gaz d'échappements, de gasoil et de bitume m'accompagne tout au long des trois cents mètres que dure ma marche. Que se diraient les ouvriers de l'époque en voyant par quoi nous avons remplacer leur travail ?

Limitation de vitesse.
Limitation de vitesse.

Je ne regrette pas les quelques minutes de marche que je viens d'effectuer. Une inscription sur l'un des piliers en pierre me transporte en moins de temps qu'il n'en faut pour le dire à l'époque ou seule les charrettes arpentaient nos routes. "Défense de trotter". Voilà bien une indication que l'on ne voit pas tous les jours. Moi qui suis abonné aux flash des radars et aux point en moins sur mon permis, voilà une inscription qui m'est destiné. Un monsieur promenant son chien passe à quelques mètres de moi. Je crève d'envie de l'interpeller et de lui faire partager ma découverte persuadé d'avoir découvert le temple de Toutankhamon... Visiblement je suis bien le seul que cela intéresse. Je m'en retourne à mon point de départ avec la ferme intention de trouver un passage afin de monter sur ce pont, car pour le moment, je marche beaucoup, shoot en plant large, d'en haut, d'en bas mais je n'ai toujours pas ma photo.

A 15 cm de la chute.

La situation est complexe. Pour accéder de plein pied au pont je dois emprunter une petite margelle d'une toute petite quinzaine de centimètre de large. Cette margelle coure tout autour d'un des piliers porteur. Il faut coller son corps à la paroi et parcourir ainsi 2,50 m... perché à 4 m au dessus du vide. Largement faisable pour quelqu'un qui n'est pas soumis au vertige, ce qui n'est pas mon cas. Il me faut trouver autre chose.

En fouinant dans les amas de décombres qui jonche le sol (oui petit con est partout, pourtant rien n'indique que nous sommes de prêt ou de loin dans une décharge !!!), je trouve un long madrier. Il me suffit de le poser en diagonale en prenant appui sur la margelle d'un coté et sur la première poutre du pont à l'autre bout. Facile... Je me hisse sur la planche et me voila en équilibre au dessus du vide avec pour seule main courante, un pauvre clou celé dans les pierres du pilier depuis... ben depuis 1846 en fait... peu rassurant...

Une fois de l'autre coté et après avoir pris soin d'évité toutes les planches pourries, je peux enfin contempler ce pont sous son meilleur angle et faire la photo que je suis venu chercher.

La margelle autour des piliers
La margelle autour des piliers

Il est temps pour moi de rentrer. Je me représente face au madrier, enjambe le garde fou... qui n'a jamais aussi bien porté son nom qu'aujourd'hui, prends ma respiration et m'élance. Raté, je reste bloqué sans avoir pu parcourir le moindre centimètre. A l'aller le clou celé dans le pilier m'avait servi d'ancrage et m'avait largement aidé à me lancer. Sauf que, cette fois ci il est inatteignable de là ou je me trouve. Je n'ai pas l'intention de m'éterniser ici... Dans un élan désespéré et une once de courage, je pose mon pied gauche sur la margelle. La situation se dégrade.

Me voilà désormais en position "grand écart facial", un pied sur la margelle et l'autre sur la poutre, agitant mes bras d'avant en arrière tel un funambule à la recherche de son équilibre, mon appareil toujours autour du coup compliquant largement la situation. Bien évidement, dans ce genre de situation j'accompagne toujours ma détresse de quelques noms d'oiseaux. Insultes lancées aux quatre vents qui ne trouverons jamais le moindre destinataire. Tu parles d'un urbexer !! Je tâtonne à l'aveugle avec ma main droite pour essayer de m'agripper à la barrière du pont dans mon dos, une fois stabilisé, je pivote... et en moins d'une seconde me revoilà à mon point de départ, sur ce magnifique pont qui commence sérieusement à me sortir des yeux.

Mes jambes trembles, mon cœur est à deux doigts de sortir de sa cage thoracique. Me voilà dans une situation très inconfortable. J'ai du mal à me concentrer et être rationnel tellement mon esprit bouillonne. Je me dis que c'est bien la dernière fois que je me mets en danger de la sorte. La prochaine fois je prendrais mes dispositions.... mais bon, je ne vais quand même pas faire toutes mes sorties équipé d'une corde et d'un piolet ? et pourquoi pas des chaussures à crampon tant que j'y suis...

The Bridge

Le temps d'une cigarette j'imagine le pire. Je ne donne pas cher de ma peau si une vilaine blessure m’empêche de me déplacer. Qui viendra me chercher ici ? Au milieu des buissons sous un pont où personne ne passe plus. On retrouvera mon corps plusieurs mois après. "Un touriste retrouvé mort sous un pont abandonné, un appareil photo autour du cou. Les raisons de sa mort reste à ce jour inexpliquée". Être qualifié de touriste dans ma propre région... et puis quoi encore !!

Je dois me rendre à l’évidence, je ne retenterai pas une deuxième fois la même expérience. L'arbre le plus proche du pont me semble accessible et surtout moins risqué. J’enjambe la barrière pour la cent cinquantième fois de la matinée, attrape une branche et en moins de.... ben cinq bonnes minutes en fait, me voilà enfin en bas. Je passe sur certains détails tels que les écorchures, le sac photo qui se coince régulièrement tout au long de la descente, les toiles d'araignées en plein visage, sans oublier les jurons adressés à la maman de cet arbre ainsi qu'à celle de cette petite araignée.

Au passage je ne peux m’empêcher de jeter un dernier coup d’œil sur ce qui à faillit provoquer ma chute, cette petite margelle de quinze centimètres de large... sans savoir à l'époque, qu'elle serait finalement ma chute....

The Bridge

Commenter cet article

Black Hope 13/08/2016 13:57

Je découvre votre plume et votre page. Merci pour ce voyage avec vous.

Renaud 17/08/2016 10:13

C'est moi qui vous remercie. Les retours sur mes textes m'aident à avancer et me situer. Merci d'avoir pris le temps...

Canadas Serge 30/07/2016 08:35

Chapeau !! Tu es en train de devenir un bon photographe mais en plus je découvre a chaque les progres de ta plume. Tu nous emportes avec toi au point qu'on pourrait presque croire qu'on était présent. J'ai presque envie de te dire a quand un livre ? Continue mon fils, tu n'es pas loin de la perfection. Je suis fier de toi.

Renaud 30/07/2016 09:11

Merci Pa. Oui je suis plus à l'aise av l'écriture car je sais dans quel sens aller maintenant. Je me cherche moins.

Rach 29/07/2016 10:59

Je partage encore et encore ... photos originales .. prose unique.. pti con et toi faites une belle équipe. . J'espère que tu seras tellement visionné que chaque pti con se reconnaîtra et te sera reconnaissant d'avoir sublimé un lieu qu'il a lui même dégradé. . Big up mon pote

Renaud 29/07/2016 12:46

Tu ne peux pas savoir à quel point je suis content de voir ton nom s'afficher sur ce blog. Petit con aura plutôt intéret à se tenir loin de moi hein... Merci d'avoir pris le temps ma Rach... pour ce com et pour tt le reste hein. Big bises.

Christelle V 22/09/2015 21:35

superbe photo!!! le plus sympa c'est d'en connaître les histoires ;-) continues comme ça!!!!

stoupagga 24/09/2015 11:14

Oui, ce ne sont pas les histoires qui manquent hein :-).

RORO, GREG, MARCO, GEGE. 15/09/2015 19:58

Ca fait bien longtemps que je cherche un photographe pour soutenir mon blog qui a l'oeil du...photographe...La problème c'est que je vais te baptiser comme tel officiellement et vu ta position dans le groupe des silverboys tu ne peux pas refuser, ha ha ha ha, tu t'es mis dans le sac tout seul !!!
Bises mon Reno...

stoupagga 16/09/2015 14:22

Salut mon Roro,
Merci pour ton com Ro. AUCUN soucis pour te faire autant de photos que tu veux, j'en serais fier et ravis. En plus on aura bientôt 3 jours pour faire toutes les photos qu'on veut. Bise Ro.

JACOMINO vanessa 15/09/2015 13:16

Hey poteau. Joli boulot ! Faut continuer. C'est la classe

stoupagga 16/09/2015 14:23

Merci pour ton com Vaness.

Guillaume 13/09/2015 13:47

Effectivement j'aurais pas pensé à un pont, mais ça colle bien au sujet et c'est tout aussi intéressant.

stoupagga 16/09/2015 14:29

Ah ah mon premier commentaire. Merci Guillaume.
Oui il n'y avait pas grand chose à explorer mais je trouve que l'esprit est là.