Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'hôtel du carnage

Publié le par Renaud

L'hôtel du carnage

En dehors de quelques promenades photo avec mes pitchouns (Marseille, Aix), mon boîtier n'avait guère vu le jour.... depuis le 11 novembre très exactement. Je me souviens précisément de cette date car bien évidement il s'agit d'un jour férié et puis surtout parc ‘qu' à ce jour cela reste mon urbex préféré, the cube.

Mais aujourd'hui ce classement pourrait bien être chamboulé. Trois spots sont au programme, autant vous dire que Tom et moi sommes remontés comme des pendules. Tom ? Qui est Tom ? Eh bien il s'agit tout simplement de mon équipier. Pour être honnête je n'en recherchais pas. J'aime être seul et découvrir un lieu avec sa seule respiration et battement de cœur en fond sonore, sa seule adrénaline et sa propre émotion est une expérience unique quand on pénètre dans une enceinte pour la première fois. Avec la création de ce blog les demandes d'associations ne manquaient pas. Je les avais toutes déclinées car même si derrière chaque propositions se cachait une personne fort sympathique, je n'étais tout simplement pas demandeur. Mais avec Tom ce fut différent, Il est pêcheur comme moi, batteur comme moi, chasseur... je ne pratique plus mais presque, aquariophile comme moi, des enfants en bas âges comme moi. Concernant la photo nous pratiquons également les mêmes disciplines, urbex animalier etc etc ... Tom est photographe professionnel et je dois bien avouer que même en ayant conscience de mes lacunes, je trouvais mes photos à peu près potables... beaucoup moins depuis que je le connais. J'ai vite compris qu'il y avait une grosse différence entre faire de la photo et être photographe, lui il est photographe et moi je galère ... Bref, sauf empêchement ou problème de disponibilité nous ferons désormais nos sorties à deux.

Nous voilà donc lancés comme des bombes en ce beau vendredi sur la route qui nous mène vers notre première halte de la matinée. Il s'agit d'un hôtel. Avec Tom nous lui avons couru derrière pendant un bon moment et n'arrivant pas à le localiser, nous avions classé ce spot dans la catégorie "introuvable". Comme c'est souvent le cas en urbex, un nouvel indice ... inattendu, nous a remis sur les rails et entre le réseau urbex (merci Geoffroy) et les recherches de Tom, le lieu est clairement identifié en moins d'une heure. Nous sommes ravis car d’après les photos que nous avons vu passer sur le net ce spot est fort sympathique. Du marbre, de beaux escaliers, de longs couloirs, enfin une bâtisse à la hauteur de nos rêves d'urbexeurs.

Arrivés sur place nous empruntons le chemin menant vers l’hôtel. Nous cessons de parler, seul le bruit de nos chaussures et du vent qui s'engouffre dans les hautes branches au-dessus de nos têtes se fait entendre. Très rapidement la végétation s’éclaircit et nous distinguons enfin la silhouette du bâtiment. Le soleil déjà bien haut projette l'ombre des grands arbres environnant sur sa façade principale donnant à l'ensemble un aspect fantomatique qui n'est pas pour nous déplaire

L'hôtel du carnage

Sans mots dire nous commençons à mitrailler, chacun est concentré sur son cadrage à l'affût du meilleur angle possible. Au bout de quelques minutes Tom entre le premier dans l'hôtel, il brise le silence par un "oh putain" venu du fond du cœur.

L'hôtel du carnage

Tout est ravagé, complètement défoncé un vrai carnage ! Aussitôt un sentiment de colère m’envahit, pourquoi font-ils cela ? Pourquoi massacrer un endroit tel que celui-là ? Et surtout pour quelle raison ? Je suis déçu et énervé ! Les indices d'un passé luxueux sont partout, du marbre, du carrelage ancien, des plafonds ornés de mosaïques gâchés par des tags, des croix gammées ! Tout un concentré de conneries humaines rassemblées sur quelques mètres carrés.

L'hôtel du carnage

Il faut jouer d'imagination et tenter de faire abstraction de toutes ces horreurs pour trouver quelques photos sympa. Le plaisir de la photographie étant le plus fort nous retrouvons peu à peu nos réflexes si bien qu'à un moment je réalise que je suis seul dans une salle de bain, Tom a disparu et ce n'est qu'après plusieurs minutes que je le retrouve au détour d'une chambre. Nous ferons le tour rapidement car une fois éliminées les pièces inexploitables, il ne reste plus grand chose... Nous voilà donc partis vers notre deuxième destination.

L'hôtel du carnage
L'hôtel du carnage
L'hôtel du carnage
L'hôtel du carnage
L'hôtel du carnage
L'hôtel du carnage
L'hôtel du carnage
L'hôtel du carnage
L'hôtel du carnage
L'hôtel du carnage

Il s'agit d'une cave viticole sujet de mon dernier article. Nous sommes en avance sur notre planning du jour et Tom à tres envie de la visiter.

RETOUR AU DOMAINE DES OISEAUX BY TOM.

 

 

L'hôtel du carnage

Après un rapide casse-croute nous entamons notre visite. Tout est désert, pas âme qui vive à des centaines de mètres à la ronde. J'indique à Tom un bâtiment que je n'avais pas eu le temps de faire la dernière fois, nous commençons par là. Ce sont les appartements du propriétaire, pas grand-chose d'intéressant à vrai dire, tout est sens dessus dessous. A force de fouiner nous tombons sur un magnifique piano... Bien que souvent présent en urbex, je n'avais encore pas eu la chance d'en trouver un. Tom est ravi, il vient de trouver un passage qui nous mène tout droit au-dessus des cuves, avec les quelques rayons de soleils traversant la toiture, il y a de quoi s'amuser un moment. Mon pote court dans tous les sens à la recherche des bonnes photos mais il y a tellement de quoi faire et cette cave tellement immense que nous pourrions y rester tout le reste de la journée.

Le temps passe rapidement, nous accélérons notre visite pour ne pas nous mettre trop en retard sur le dernier spot de la journée, d’ailleurs il ne nous reste plus qu'un seul bâtiment à visiter. Nous nous apprêtons à gravir les premières marches de ce dernier quand le bruit d'un moteur se rapproche de nous à toute berzingue. Aucune échappatoire possible, nous sommes faits comme des rats. Il ne nous reste plus qu'à jouer la carte des gentils photographes qui respectent le lieu etc etc. Un pickup version "chasseur paysan" fait de rouille et de tôles rafistolées déboule de derrière les arbres. Il nous fonce dessus et s'arrête à quelques mètres de nous dans un nuage de poussière. Pas le temps d'esquisser l'ombre d'un bonjour que le type rouge de colère se mets à crier... que c'est une propriété privée, qu'on a rien à foutre ici et blablabla et blablabla. Tom essaie d'instaurer un début de dialogue mais le bougre monte encore un peu plus dans les tours et sort de sa voiture. Là il devient carrément menaçant... malgré son petit mètre soixante qui ne joue pas en sa faveur, il braille, il gesticule et commence franchement à me saouler. Plus Tom essaie de lui parler, plus l'autre gueule à s'en faire péter la gorge. Nous lui tournons le dos et le laissons planté là. A l'heure où j'écris ses lignes il est peut-être encore en train d'insulter le monde entier...

Nous mettons le cap vers notre dernier spot de la journée qui sera l'objet de mon prochain article.

.

L'hôtel du carnageL'hôtel du carnage
L'hôtel du carnage
L'hôtel du carnageL'hôtel du carnageL'hôtel du carnage

Commenter cet article

RORO, GREG, MARCO, GEGE. 20/02/2016 12:58

Que de la belle photo, dommage que tu ne soit pas plus souvent avec nous car tu serais officiellement photographe des silverboys, en plus d'être un silverboy bien sûr...
Bises mon Reno.

Renaud 24/02/2016 12:01

C'est gentil mon Roro. C'est vraiment pas l'envie qui me manque de passer plus de temps av vous. C'est à chaque fois une bouffée d’oxygène. Bise.