Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'hacienda du jardinier

Publié le par Renaud

Après la pluie.

Après la pluie.

Une fois de plus je suis parti la veille au soir pour être aux premières loges le matin venu. J'ai pris soin de retirer les sièges arrière du Scénic ce qui me laisse un espace plus que suffisant pour passer une nuit dans de bonnes conditions. Un matelas gonflable et un duvet bien chaud voilà tout ce dont j'ai besoin pour être totalement autonome. Si j'y ajoute un bon réchaud, de quoi me faire un bon repas, je suis carrément au top.

Le tiercé gagnant.
Le tiercé gagnant.

Les oignons frétillent au fond de la poele, un bouquin passionnant dans les mains. Il faudrait être difficile pour ne pas apprécier. Un plaisir simple, qu'il n'est pas nécessaire d'aller chercher bien loin. La nature est partout autour de moi. La civilisation me parait immensément lointaine...pas suffisamment à mon gout. Au beau milieu de la nuit la pluie s'est mise à tomber. A mon réveil le ciel est bas et la noirceur des nuages ne présage rien de bon.

Un café brulant, un casse-croûte et me voilà prêt à affronter n'importe quoi... en l'occurrence, aujourd’hui c'est d'une ferme auberge qu'il s'agit ... à vrai dire je ne sais pas trop car au moment ou j'écris ces lignes, c'est à dire plusieurs mois après mon exploration, je n'ai toujours pas trouvé la moindre information sur ce lieu... (je cherche toujours). Plus j'y pense moins je sais. Qu'ai je donc visité au final ? Peu de chambres si ce n'est celle des proprios. Plusieurs grandes pièces aux décorations et ambiances festives. Un club libertins ? Un restaurant ? Un cabaret ? Impossible de savoir.

Mes pieds sont trempés, mes mains sont engourdies par le froid. Il caille.

Vu de l’extérieur l'endroit est superbe et au premier abord on pourrait presque comparer cette bâtisse à une vielle hacienda perdue au fin fond de l'Andalousie. Seule la végétation environnante nous ramène à la réalité. Dès mon entrée, je suis immédiatement plongé dans l'ambiance.

La déco du plafond et l'escalier menant au rdc.
La déco du plafond et l'escalier menant au rdc.

Le calme intérieur de la maison contraste avec les rafales du vent dehors. Je ne perçois plus qu'un sifflement lointain au travers des fenêtres et sous les portes. De temps à autre le claquement d'un volet me fait bondir.

A quoi pouvait bien servir ce genre de salon ?
A quoi pouvait bien servir ce genre de salon ?

Après tout ce temps je n'y suis toujours pas habitué. Les plafonds sont situés à des hauteurs impressionnantes, ornés de poutres apparentes certains sont peints. Les couleurs utilisées sont chatoyantes me rappelant les décorations des riads orientaux. Espagne, Maghreb, Orient, cet endroit est vraiment déconcertant.

Une cuisine avec quelques vestiges, un escalier intérieur permettant l'accès à l'étage supérieur. Des longs couloirs, un salon équipé d'une immense cheminée, comme quasiment toutes les pièces de cette maison. J'apprécie de plus en plus cet endroit. Aucun graffiti, seul le temps et les pilleurs du coin se sont chargés de dégrader l'auberge. Au rez de chaussé une longue verrière marque la frontière entre le bâtiment principal et le jardin.

L'hacienda du jardinier
L'hacienda du jardinier
L'hacienda du jardinier
L'hacienda du jardinier
L'hacienda du jardinier
L'hacienda du jardinier
L'hacienda du jardinier

Dehors le temps a viré au beau, ce qui me donne l'occasion de découvrir la partie extérieure. Une fois de plus c'est encore cette partie qui va me procurer le plus d'émotion. La brume du matin s'est dissipée et la vue depuis le jardin est absolument remarquable. De grandes prairies d'un vert éclatant, enclavées coté droit et gauche par des collines boisés de chênes et de châtaigners. C'est absolument incroyable, quelle vue ! Comment un tel endroit peut-il rester abandonné ? Il pourrait sans le moindre problème devenir un lieu exceptionnel ne serait ce de par son emplacement. Une véritable carte postale. Le jardin retient mon attention, soit le jardinier avait un talent extraordinaire, soit quelqu'un s'est chargé de l'entretenir encore quelques temps. Les haies de buis sont encore à peu près taillées correctement. Quelques coups de sécateurs de ci de là et ce jardin retrouverait tout son éclat.

L'hacienda du jardinierL'hacienda du jardinier
L'hacienda du jardinierL'hacienda du jardinier
L'hacienda du jardinierL'hacienda du jardinier
Confiture ? Miel ?
Confiture ? Miel ?

J'ai du mal à quitter cet endroit tellement je m'y sens bien. Une petite annexe au fond du jardin regorge de centaines de pots en verre. Ils sont rassemblés en tas devant ce qui paraît être un laboratoire / cuisine. Visiblement on y fabriquait des confitures, miel ou d'autres produits locaux. Décidément j'aurais bien voulu voir cet endroit quand il était encore en activité.

Commenter cet article

Ange 16/07/2016 12:01

Putain ,c'est l'auberge rouge,t'a pas trouvé des ossements ?tu devrai écrire un livre,tu a le talent pour. Bise.

Renaud 18/07/2016 10:37

AAAAhhhh !!! je savais bien que quelqu'un me trouverai des infos sur ce lieu. Merci Ange.
Un livre ? oui j'y pense souvent, j'ai tout sauf l'éditeur lol.
Bise poto et viva Espagna !!!