Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Cache cache au château.

Publié le par Renaud

La salle aux colonnes.

La salle aux colonnes.

La chaleur est suffocante, pas un souffle d'air et le soleil à son zénith n'épargne rien ni personne. J'ai beau me trouver au beau milieu d'une immense pinède, je ne vois pas la moindre trace de vie animale. Même les oiseaux ont renoncé à chanter, préférant garder leurs forces pour des heures plus fraiches. Seules les mouches et leurs vols incessant occupent la zone. Elles se posent, repartent, se posent encore et recommencent, si nombreuses que leur bourdonnement finit par en devenir stressant.

Tout au long de la marche qui me sépare du château, j'essaie de me souvenir des recommandations fournies par mes amis "les urbexeurs du sud". "Attention à la fourgonnette blanche", "il y a une caméra de surveillance coté gauche". Coté gauche ou droit? mince, je ne sais plus. Je verrais bien...

Il est midi pile quand je me présente devant l'une des entrées de cette grande bâtisse. La fourgonnette n'est pas là, la voie est libre. Comme prévu je passe devant l'algéco appartenant à l'agence immobilière en charge de la vente du château. Je regarde discrètement à travers la vitre, personne. Le personnel a dû partir déjeuner. Je jette un coup d’œil rapide sur le toit pour vérifier que la fameuse caméra ne se trouve pas là. Eh bing !!! Elle se trouve à peu prés à deux mètres de mon visage. Une fois de plus je vais prendre la décision qui me semble la plus raisonnable... A être pris et être filmé, autant que ce soit avec classe et paraitre à son avantage. C'est donc armé d'un grand sourire que je traverse la cour principale jouxtant la grande entrée, tels les princes de l'époque. Sauf que je ne suis pas un prince... et que l'immense porte est fermée...

Cache cache au château.

L'entrée qui m'est destinée est beaucoup moins glamour et se trouve tout au fond d'une des deux verrières. Un véritable trou de souris dans lequel je suis obligé de ramper pour accéder au rdc.

Le plafond
Le plafond

La première pièce est sans intérêt. Des plafonds hauts, des moulures, un carrelage d'époque certes mais rien d'extraordinaire. En revanche la pièce suivante est absolument incroyable. Une grande sale dans laquelle trônent quatre colonnes en marbre rose. Son plafond est ouvert et offre une vue à 360 degrés sur une coursive. Comme à mon habitude, je me pose un moment, subjugué par cette salle. J'imagine qu'il s'agissait de la salle de réception. Les banquets, les bals, les beuveries à n'en plus finir devaient avoir lieu ici. Hier on y chantait, et dansait... aujourd'hui un simple chuchotement serait déja de trop...

Malgré mon ultra grand angle, je manque de recul pour avoir la totalité de la pièce dans mon collimateur. J'ai beau tenter tous les angles possibles, rien n y fait.

Je suis concentré, certes, mais l'épisode de la caméra reste dans un petit coin de ma tête. Les gardiens finiront bien par revenir et détecter ma présence sur l'enregistrement. Passons. Le reste des pièces du rdc ne présentent rien d'exceptionnel. C'est à l'étage que je vais pouvoir découvrir la fameuse coursive... et rien que pour cette photo je suis content d'être venu jusque là.

la coursive

la coursive

Au dernier étage, quasi sous les toits, je constate que la surface des pièces se réduit nettement. Une petite chambre, une salle de bain minuscule, aucun doute, je suis dans la partie ou logeait le petit personnel. "Petit personnel", voilà bien une définition sans équivoque, qui ne laisse aucun doute quant à la considération que l'on portait à ces gens. Pauvre personnel de bas étages, c'est pourtant tout en haut de ce château que l'on vous a caché. Disponible à toute heure, de jour comme de nuit, souriant, dévoué...... et bénévole...

En redescendant, une chambre totalement rouge attire mon attention. J'essaie (sans succès) de gérer un contre jour récalcitrant. Une expos différente sur chaque photo devrait m'aider à ... "Emile !!!!!" Mince... d’où sort cette voix ?? Qui est Emile? Des gens sont entrés dans le château. Je n'entends que des bouts de phrases, des intonations. Visiblement ils sont deux et sont à ma recherche. Difficile de les localiser, leur voix se perd dans les couloirs. Quoi faire? Je ne connais qu'une seule sortie: celle par laquelle je suis arrivé.

Photo (ratée) de la pièce rouge.
Photo (ratée) de la pièce rouge.

Je reste sur place, totalement figé en essayant de capter le moindre bruit, la moindre information. J’arrête de respirer, rien, silence total. Je n'entend plus que mon cœur, mes oreilles sifflent, mademoiselle adrénaline s'est invitée au bal. Les minutes me semblent des heures... Sans m'en apercevoir j'établi une stratégie. De toute façon il n'y en a qu'une, attendre sans bouger, me déplacer en silence et si possible à l'opposé de là ou se trouvent les deux loustics. Je n'ai pas bien longtemps à attendre, quelqu'un arrive à grand pas par l'aile droite. C'est parfait, l'entrée par laquelle je suis arrivé se trouve coté gauche.

Dans ma fuite, en essayant de marcher le plus vite possible je commets l'erreur qui à moins d'un miracle devrait me mener à ma perte. Je cogne mon trépied contre la poignée d'une porte, la réaction est instantanée :"Emile!! À l'étage!!!". Emile est loin d'être un sportif de haut niveau, il carbure à la pasta, au 51 et sa patte folle lui interdit la moindre course de plus de trois mètres. Par chance, la vie lui a épargné d'avoir à porter le patronyme de "Louis". Corpulent certes, mais il arrive du rdc et remonte vers moi. Je n'ai pas d'autre solution que de me cacher dans la première pièce qui se présente à moi. Dans l'obscurité, derrière une porte, ils ne peuvent pas me voir, moi oui. Le premier passe devant la pièce ou je me trouve sans même y jeter un oeil, Emile le rejoint à peine plus d'une minute après. Ils sont là, à environ six mètres de moi et malgré leurs chuchotement je peux entendre clairement leur discussion.

"Qu'es t'as foutu? Tu l'as vu?" "Ben non!" répond Emile. "Ok, à mon avis il a du se planquer entre ici et en bas, tu vas à la verrière et tu bouges pas, il est obligé de repasser par là. Moi je fais toutes les pièces en venant vers toi". Emile s'exécute.

C'est incroyable, on dirait qu'ils sont à la recherche de l'ennemi public numéro un! Je suis à peu près sur que s'ils me trouve ils appelleront les flics sans le moindre remord, fiers d'avoir accompli ce pour quoi ils sont rémunérés.

Je laisse un peu d'avance à "Columbo" et je lui emboite le pas sans qu'il puisse me voir. Je laisse une distance suffisante de façon a ce que ni lui ni moi ne puissions nous voir. Je ne me fie qu'à ce que j'entends.

La fourgonnette blanche
La fourgonnette blanche

Au rdc monsieur casse bonbon s'engage dans un enchainement de petites pièces. Sorte de capharnaüm, seul endroit du château ou réside encore quelques signes de vies. Je l'ai exploré à l'aller, je sais donc que de là ou il se trouve il n'a aucune vision sur les autres pièces. C'est ma seule chance. Je me lance comme un fada en direction de la verrière. Comme prévu Emile est là ... mais par chance il s'est posté à l'entrée de la verrière au lieu de se mettre à la sortie du trou ou je suis obligé de ramper pour la seconde fois. Une porte-fenêtre est entre ouverte, je n'ai plus qu'à courir jusqu'à l'immense forêt de chène entourant le château.

Je me pose à l'ombre un moment et réalise ce qui vient de se passer. Ce genre de situation est arrivé à tous les urbexeurs, une sorte de passage obligé... Il fallait bien que mon tour arrive. Toujours est il que que Columbo et Emile ont sérieusement raccourci mon explo. La cave à vin, la chapelle, le sous-sol et toute la partie extérieure seront absents de mon article.... A moins que...

Je ne peux résister, je ressors du bois et fais rapidement une série de la partie extérieure. Ma curiosité m'oblige à retourner voir ce que fabriquent Columbo et son acolyte. J'aimerais être une mouche pour voir leurs têtes, je ne les reverrais plus. A défaut je me contenterais de leurs fourgonnette. Décidément cette visite m'aura laissée sur ma "Fin"...

Cache cache au château.
Vue depuis la grande fenêtre centrale (la coursive)

Vue depuis la grande fenêtre centrale (la coursive)

Cache cache au château.
Cache cache au château.
Cache cache au château.
Cache cache au château.
Cache cache au château.

Commenter cet article

jerem 24/04/2017 14:01

Chapeau mec !!! franchement j'ai eu des frissons en lisant ton recit !! bravo ! je compte y faire une explo photo cette semaine...est ce que tu crois pouvoir me donner quelque précision en MP sur le trou de souris et surtout..la camera ? encore merci et continu tes articles sont vraiment cool !

Franck VIALA 03/12/2016 13:11

Très bon récit. Grisant à souhait, même tranquillement assis dans son fauteuil. Le temps de la lecture, je l'ai vécue à distance ton histoire. Cétait bien. Côté photo, mention spéciale pour la dernière avec cette dominante beige.

Renaud 06/12/2016 13:37

Merci Franck pour ce com bien sympat. Contant que cela t'ais plu.

Hugo H. 11/09/2016 12:49

Reportage ingénieux et à suspens. La partie de cache-cache, qu'on attendait, arrive subitement en pleines considérations sur le contre-jour : c'est très réussi. Le style soigné et naturel, l'aventure font le reste. Merci à toi !
PS. Je suis d’Aix aussi, je vis à Paris en ce moment.

Michel et son pote 10/09/2016 14:43

Haha trop bon ^^ !
Ça fait des plombes qu'on passe devant sans y entrer ( on habite dans le coin ) mais ton récit et te tofs sont palpitantes ! Alors.. C'est imminent, nous allons voir Émile !
Bravo !

Teo 27/08/2016 02:36

Explo de ouf ! Et oui il faut y passé au moins une fois ! Super bien décrit en tous cas ! Par curiosité tu l'as fait en semaine ou le dimanche ? J'espère le faire bientôt !

Renaud 27/08/2016 11:47

Bonjour Téo, oui je l'ai fait en pleine semaine. Merci beaucoup pour ton com bien sympa.

eddy 14/08/2016 22:41

Moi je dis encore une fois, tu sais nous tenir en haleine! Par ton récit, on vit avec toi l'exploration . Une écriture qui sied a merveille a tes images ainsi qu a toi. Un grand BRAVO..... Vivement la prochaine ;)

Renaud 17/08/2016 10:10

Moi je remercie un lecteur assidu depuis le début. Merci mon pote. Me met bien la pression pour le prochain ça lol.

joelle thiery 13/08/2016 17:02

des lieux particulièrement bien mis en scène!

Renaud 17/08/2016 10:12

Merci. Venant d'une experte j'apprécie d'autant plus. Merci beaucoup.

Mica 13/08/2016 08:33

Et elle commence à faire le tour du monde parce que je la lis de Séville ! Superbe histoire, photos et style d'écriture. Tu as du talent, j'étais tenu en haleine de bout en bout. J'attends d'autres publications avec impatience.Bravo.Mica

Renaud 17/08/2016 10:16

Merci beaucoup Mica pour ton com. Si tu as était tenu en haleine ... le but est atteint. Je travail déjà sur le prochain... Viva Espagna !!!

Rach 12/08/2016 20:53

Tu l'as finalement postée !!! Cette lecture m'a transportée avec toi dans cette exploration

Renaud 17/08/2016 10:17

Merci Rach. Bientôt ... mon prochain article. Que tu auras en exclus cette fois. Bise.